retour à la liste des articles

Quand le verbe nous questionne !

Posté le 3 avril 2020

Paroles de Griots
aux éditions Albin Michel et présentées par Ahmadou Kourouma

Jeudi 16 avril

Je te demande petite créature humaine,
Qu’est-ce qui est à toi ici-bas ?

Certes, le soleil rayonne pour toi,
mais l’astre du jour n’est pas à toi
Car il se lève et se couche
Sans que tu n’y puisses rien
Certes, l’averse t’est bénéfique,
mais cette pluie n’est pas à toi
Car il pleut ou il ne pleut pas,
sur cela tu n’as aucune maîtrise
Certes, l’univers semble être tien,
Tu profites de ses bienfaits
Mais le monde ne sera jamais à toi.
Rokia Traoré, Mali

 

Quand les mots s’offrent en prière !

Wax africain

Mercredi 6 avril

Je ne désire ni ne veut nager dans l’opulence.
Je forme le voeu de consacrer mon or
A quêter le sens des symboles observés.
Hormis cela, je n’ai point d’autres rêves en tête.
Certains croiront que mon souhait est folie.
D’autres l’estimeront bien modeste ambition.
Pour moi-même cependant, il n’est de plus grand but
Que puisse s’assigner un homme sur terre.
Amadou Hampaté Bâ, Mali

 

 

Quand la parole est un remède !

Vendredi 3 avril

Le médicament, de toute façon, il est prononcé par des mots, par des phrases.
On peut donner des substances, par exemple des herbes, des macérations, mais ce qui est important,
dans le médicament, c’est la volonté et les paroles.
C’est la volonté d’abord de celui qui donne, du guérisseur.
Et la volonté, ensuite, avec laquelle tu prends le médicament.
Si j’allais chercher le zorolili, une racine qui sent très fort,
il y a des mots qu’il faudrait prononcer avant d’enlever ces racines-là.
Ce sont des mots qui doivent contenir la volonté.
Le médicament, ce n’est pas un objet, c’est une relation.
C’est une relation de confiance.
Adama Dramé, Burkina Faso
Illustration du livre Paroles de Griots